Yokai no Kuni


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Je ne te laisserais pas me piquer ma proie, lopette ! [PV Tomohiko]

Aller en bas 
AuteurMessage
Yume Ryuku
₪ Onmyōji, Yūrei no Hantā ₪

avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Je ne te laisserais pas me piquer ma proie, lopette ! [PV Tomohiko]   Mer 14 Sep - 20:15

Le soir venait de tomber sur la petite ville de Rengoku, plaçant un voile obscur sur les bâtiments blancs aux toits couleur ocre. A une heure aussi tardive, les habitants étaient rentrés chez eux, au chaud dans leur confortable demeure, pour partager un agréable repas avec toute leur petite famille ou dîner seul devant la télévision, mettant ainsi de l’animation dans le salon complètement vide. Il y en avait malgré tout qui restaient encore à leur bureau, dans le centre ville, travaillant d’arrache pied pour perfectionner ce qu’ils devaient rendre la semaine suivante. Mais les petites fenêtres illuminées des immeubles des entreprises étaient bien peu nombreuses, ce soir là. En un vendredi, la veille d’un week end, il n’y avait rien de bien étonnant.
Cependant, tandis que les rues étaient désertes et que la cité se reposait paisiblement en attendant la journée suivante qui promettait d’être animée, une personne était de sortie. Elle n’ignorait pas que la nuit était le moment où les créatures des ténèbres montraient le bout de leur nez pour partir en chasse et être encore plus discrètes que d’ordinaire. Mais la fine silhouette qui se déplaçait rapidement dans les ruelles faiblement éclairées n’était pas du genre à se laisser faire, car elle avait un outil des plus redoutables en sa possession. Quelque chose capable de lui sauver la vie et d’éliminer de sang froid son ennemi…

Yume avait reçu une mission de la part de son père, à peine quelques instants plus tôt dans la soirée. Une mission pour éliminer un Yokai représentant une trop grande menace pour la population. Un Oni avait été vu plusieurs jours de suite rodant dans le cimetière et se nourrissant des âmes des malheureux qui venaient se recueillir sur les tombes de leurs proches et de leurs ancêtres. Que ce soit en plein jour ou quand l’astre lunaire était le maître des cieux, le vieil Oni s’en prenait toujours aux plus vulnérables. Il ne fallait jamais se promener seul au milieu des tombes, ces derniers temps. Et la jeune Onmyouji comptait bien profiter de sa solitude pour l’attirer hors de sa cachette. Alors, elle marchait sans aucune discrétion dans les rues, s’éloignant de plus en plus du centre ville et se dirigeant droit vers la forêt.
Après avoir foulé quelques instants de ses chaussures pourpres le sol meuble de la forêt et circulé entre les arbres immenses et les taillis touffus, la jeune fille se retrouva au milieu des tombes. Avec la pleine lune et les végétaux inquiétants qui entouraient les stèles de pierres, le lieu avait de quoi donner froid dans le dos. Pourtant, elle ne s’en trouva pas perturbée le moins du monde et continua sa lente progression sur le petit sentier, faisant du bruit pour attirer l’attention de sa proie. Avec un peu de chance, il se montrerait bientôt et elle pourrait en finir au plus vite !

Malheureusement pour elle, les choses ne se passèrent pas aussi bien qu’elle ne l’avait espéré. Aucun bruit ne vint titiller son tympan pour la prévenir de l’approche d’un quelconque spécimen d’être vivant. La forêt semblait dormir plus profondément encore que la ville elle-même. Un silence aussi sourd aurait fait fuir n’importe qui, mais Yume ne s’en trouva que lassée. Elle qui avait hâte de pouvoir tâter du Yokai, la voilà qui était simplement bloquée dans le cimetière à cause du poids de sa mission et contrainte d’attendre de tomber sur sa proie. Elle poussa un long soupire tout en continuant de tourner en rond dans le cimetière.
Sentant que ses jambes commençaient à fatiguer inutilement, elle se rapprocha de la lisière de la forêt et grimpa avec agilité en haut d’un arbre, s’installant confortablement sur la branche. Elle ferma les yeux et fit mine de dormir, espérant que le Oni se laisserait prendre au piège plus facilement grâce à ce petit stratagème. Mais même si en apparence elle était particulièrement vulnérable, l’Onmyouji gardait tous ses sens en éveil, prête à bondir au moindre bruit qui viendrait percer le silence ambiant.

Et enfin, ses attentes furent récompensées. Un bruit, semblable au craquement d’une branche qui se serait malheureusement trouvée coincée entre une chaussure et le sol, retentit soudain, la faisant se redresser brutalement. La jeune fille en était persuadée. Quelqu’un ou quelque chose approchait. Restant perchée dans sa cachette et totalement immobile pour ne pas se trahir, elle plissa les yeux pour mieux observer et attendit que l’indiscret sorte de l’obscurité.
Elle n’eut pas à scruter le cimetière bien longtemps. Une silhouette s’éloigna peu à peu des arbres, entrant dans la faible lumière offerte par la lune. L’individu était grand et mince, mais la chose qui attira le plus son regard et surpris Yume était sa longue chevelure, d’un rose bien extravagant. Pour être aussi peu discret et avoir aussi mauvais goût, c’était sûrement un Yokai. Et s’il venait dans le cimetière maintenant, c’était qu’il avait peut-être senti sa présence et voulait en faire sa proie. Telles étaient les hypothèses sans aucun fondement que Yume se formula dans la tête pendant que l’étranger se déplaçait dans le cimetière. Pour elle, il n’y avait plus aucun doute, c’était celui qu’elle était venue éliminer, ce vieil Oni qui dévorait l’âme des gens malheureux sans la moindre pitié. Et puis, un plan commença à germer dans son esprit. Il fallait qu’elle l’attaque par surprise. Avec un peu de chance, s’il continuait sa route, il allait passer sous son arbre et elle n’aurait plus qu’à se jeter sur lui…

*Allez, viens par ici ! Petit petit petit…* Pensa-t-elle très fort, comme si elle pouvait grâce à cette simple idée influencer son comportement.

Quelques pas de plus.
Yume contracta ses muscles, prête à agir.
Il était presque sous l’arbre.
Elle se redressa légèrement.
Il se retrouva juste en-dessous.
Elle se laissa tomber sur lui.

Yume bascula en avant ; le vent causé par la chute lui plaqua les cheveux en arrière. Et le choc fut brutal. Avec la vitesse qu’elle avait prise en sautant de l’arbre, elle s’abattit comme une masse sur le garçon aux cheveux roses et le fit tomber avec elle. Etant positionnée sur son dos, elle le maintint plaqué au sol, face contre terre, s’appuyant de tout son poids pour l’empêcher de bouger. Il était sans doute plus fort qu’elle physiquement et pourrait renverser la situation, mais elle ne chercha pas à l’éliminer directement. Ce ne serait pas drôle, sinon, il fallait pimenter l’affrontement.
La jeune Onmyouji afficha néanmoins un large sourire en pensant qu’elle allait enfin pouvoir mettre un terme à son ennui et en finir avec cette mission élémentaire qui lui prenait beaucoup de temps. Puis elle se pencha en avant, plaçant ses lèvres à quelques centimètres de l’oreille de l’inconnu, et elle se contenta de siffler entre ses dents :


« Je t’ai eu ! »


[Et voilà~~ En espérant que ce début te plaira et t'inspirera... En tout cas... PREMIER POST RP DE LA NOUVELLE VERSION DU FORUM \o]

================
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Ryuku
₪ Onmyōji, Yūrei no Hantā ₪

avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Je ne te laisserais pas me piquer ma proie, lopette ! [PV Tomohiko]   Mer 21 Sep - 19:56

Si Yume avait si rapidement conclu que le jeune homme aux cheveux roses qui était entré dans le cimetière était l’Oni qu’elle était venue éliminer, c’était sans doute parce qu’elle ne s’attendait absolument pas à ce que quelqu’un s’y aventure de nuit tout comme elle –et non pas uniquement à cause de son apparence extravagante. Il fallait dire que les journalistes s’étaient mis à répandre l’information partout dans la ville comme leur emploi le leur spécifiait. Les habitants murmuraient alors entre eux qu’on retrouvait de nombreux morts dans le cimetière, sous-entendant qu’un tueur en série y avait élu domicile. Alors soit cet étranger était suicidaire, mais elle en doutait franchement, vu le pas assuré qu’il avait en quittant l’abri des arbres, soit il ne s’agissait que d’un Yokai. Pour elle, il n’y avait strictement aucune autre alternative possible. Jamais il ne lui serait venu à l’idée que sa famille n’était pas la seule à avoir reçu cette mission élémentaire d’éliminer un démon. Jamais elle n’aurait pu se douter qu’un autre Onmyouji se trouverait sur ses traces et était même arrivé avant-elle sur les lieux, plus tôt dans la soirée. C’était pourquoi il était aussi évident pour elle que cet homme soit l’Oni.
Mais sa décision de lui tendre ce petit piège stupide n’était pas vraiment très malin de sa part. Après tout, qu’est-ce qui lui garantissait que le Yokai n’était pas extrêmement dangereux et aurait pu flairer le piège et l’attraper au vol, avant de la tuer sans lui laisser le temps ni l’occasion de se défendre ? Absolument rien. Elle s’était engagée sans aucune certitude de réussite. Oh, elle aurait très bien pu, pour éviter de prendre trop de risques, invoquer son précieux shikigami directement pour en finir au plus vite. Elle y avait même pensée, mais comprenez-vous, ce n’était pas quelque chose de très intéressant que de choisir directement la facilité pour être sûr de l’emporter.
Mais heureusement pour notre Onmyouji, les choses s’étaient produites exactement comme elle l’espérait, et elle s’était retrouvée assise à cali-fourchon sur le dos du garçon, maintenant sa tête appuyée contre le sol.

Enfin, jusqu’à présent…

Après avoir fait la maligne et lui avoir susurrer des mots doux à l’oreille, Yume bascula en arrière lorsque le garçon se releva. Totalement prise par surprise, elle n’eut pas le réflexe de s’accrocher à sa veste et se retrouva cul par terre avant de comprendre ce qui venait de se passer, ses mains en arrière lui permettant de conserver une position assise. Elle venait simplement de se faire éjecter avec une facilité déconcertante par son adversaire. Totalement dépitée, elle regretta sans doute pour la première fois de ne pas être plus lourde ou de ne pas avoir plus de force. Elle aurait pu au moins donner un peu plus de fil à retordre à l’inconnu quand il aurait tenté de se dégager.
Bien décidée à ne pas se laisser déstabiliser par ce petit retournement de situation, elle leva les yeux vers l’homme qui la dominait en hauteur et le toisa, une expression provocatrice sur le visage. Ce qu’il venait de faire, elle allait s’arranger pour le lui rendre au centuple !

Elle se releva alors l’air de rien, ignorant totalement la première réplique du garçon, s’époussetant simplement les vêtements pour en dégager toute trace de poussière… Imitant d’un certain point de vue ce qu’il avait fait en se redressant lui-même. Pendant qu’elle s’effectuait, elle ne le lâchait pas un seul instant du regard, essayant de jauger un peu la force de son ennemi. Mais elle ne parvenait pas à se faire une idée bien précise. Du moins pas encore….
Avec l’obscurité et la lune qui ne les éclairait pas assez, la jeune fille ne remarqua pas l’arme singulière et si similaire à la sienne que le « Yokai » sorti, prêt à l’utiliser à tout instant. Un fuda, petit morceau de papier en tout point semblable à celui qui était délicatement glissé à l’intérieure de sa veste. Mais contrairement à lui, elle ne sortit pas le sien. Elle se disait qu’elle devait prendre son temps, faire durer le suspens jusqu’à le forcer à dévoiler ouvertement sa véritable nature et arrêter de se cacher derrière une apparence humaine. Elle comptait le pousser à dépasser le point de non-retour qui signerait son arrêt de mort. Et alors, seulement, elle ferait appel à Shirodō pour en finir avec cette mission. Quelque part, elle considérait tout ceci comme un jeu. Savoir jusqu’à quel point cet Oni garderait sa véritable identité secrète…

Cependant, l’inconnu fit une remarque qui fit fortement sourire la jeune fille. Se payait-il sa tête ou mélangeait-il leurs rôles ? Peut-être l’avait-elle cogné un peu trop fort en lui tombant dessus quelques minutes auparavant… Elle ne put néanmoins se retenir de ricaner en se répétant intérieurement ses derniers mots. Mais bien vite, elle tenta de reprendre son calme, secouant légèrement sa main devant son visage comme pour s’éventer. Puis, elle parvint à articuler sans repartir en fou rire.

« Moi, un Yokai ? Mais tu t’es bien regardé avant de faire ce genre d’extrapolation à mon sujet ? »
« C’est l’hôpital qui se moque de la charité, là ! » C’était l’expression qu’elle avait bien envie de lui cracher à la figure. Mais elle n’était pas vraiment celle qui devait faire la remarque. Pour les extrapolations faites sur l’autre, elle n’était franchement pas mieux. Aussi se retint-elle d’ajouter cette phrase de justesse, préférant attendre de voir quelle serait la réaction de celui qui lui faisait face tout en conservant un air assuré et un petit sourire sur le visage.

================
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Ryuku
₪ Onmyōji, Yūrei no Hantā ₪

avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Je ne te laisserais pas me piquer ma proie, lopette ! [PV Tomohiko]   Sam 29 Oct - 17:36

Spoiler:
 
Un mal fou à se retenir d’éclater de rire. C’était ce qui avait frappé l’Onmyouji lorsque l’étranger aux cheveux roses l’avait traitée d’Oni. Il en avait de bonnes, celui-là, à mélanger leurs rôles. C’était un petit comique ! Se prenait-il vraiment pour ce qu’il n’était pas ou jouait-il tout simplement avec elle ? Peu importait la réponse, le résultat serait au final le même : elle devrait l’éliminer. Au moins, ce Yokai n’était pas comme tous ceux qu’elle avait eus à affronter jusqu’à présent. Ils s’étaient tous montrés si arrogants, si supérieurs à elle, pauvre petite humaine ‘‘sans défense’’, qu’elle était stupéfaite d’en voir un tel que lui. Au moins, cette partie de chasse risquait d’être pleine de surprises, ce qui plaisait assez à la jeune fille. Enfin une mission qui sortirait un peu de l’ordinaire !
Néanmoins, la brune avait laissé échapper une exclamation ébahie face à la méprise de l’inconnu. C’était sorti avant qu’elle n’ait véritablement réfléchi, et c’est à peine si elle avait réussi à se retenir d’en dire davantage. Sans doute voulait-elle inconsciemment le tester un peu pour essayer de voir s’il était vraiment persuadé de ce qu’il affirmait ou non. Elle se disait que cela pourrait être intéressant, en fin de compte, d’affronter un Oni convaincu qu’elle-même en était un…
Et Yume était plutôt contente de son petit effet. En voyant la tête dépitée du garçon, puis l’éclair de colère qui passa dans son regard, elle ne put se retenir de sourire davantage. Il prenait décidément la mouche facilement. De plus en plus amusant…

Le garçon fit visiblement un effort considérable pour ne pas laisser éclater toute sa colère. Puis, après un moment de silence, il finit par changer son attitude, son visage passant de la tomate rouge de colère à un rictus provoquant et une posture assurée. Une transformation brutale et intrigante. L’adolescente aurait pu tenter de l’analyser pour essayer de comprendre ce qui était en train de passer dans la tête du Yokai s’il n’avait pas fini par rétorquer à son attaque. Une réplique à laquelle elle s’attendait, à vrai dire. S’il se jouait d’elle actuellement, ce type était véritablement un excellent comédien. D’un autre côté, n’était-ce pas une des plus grandes caractéristiques des démons que de tromper aisément leurs proies ? Mais ce jeu ne marcherait pas avec elle, elle ne s’y laisserait pas prendre. Elle ne baisserait pas sa garde en croyant avoir bel et bien affaire à un humain. Une idée se mit d’un coup à germer dans son esprit. Et tandis qu’il riait, elle sourit en pensant à quel point cela pourrait être amusant de véritablement jouer au Oni…

L’individu stoppa net son rire, redevenant d’un coup sérieux et posant un regard sur elle qu’il voulait sans doute terrifiant. Mais c’est à peine si Yume frissonna intérieurement. Elle avait déjà fait face à tellement plus effrayant que le petit rôle de psychopathe joué par son adversaire ne lui fit ni chaud ni froid. Elle lui rendait son regard, conservant son sourire, curieuse de voir ce que son adversaire allait bien pouvoir faire. Ne bronchant pas le moins du monde en le voyant lécher la lame de son couteau fraîchement sorti de sa poche, elle constata que le Yokai était prêt à tout pour tromper sa vigilance et lui faire croire qu’il était humain. Si seulement il savait qu’elle n’était pas dupe, il ne prendrait pas autant de peine !


« Avant de t'achever, Oni, jouons un peu, naa? »
Une question à laquelle l’Onmyouji s’empressa de répondre, haussant un sourcil intrigué :

« Oh ? Essaye un peu pour voir… »
Le garçon aux cheveux roses s’élança aussitôt droit sur elle, le couteau prêt à la blesser. Ne voyant pas la lame s’approcher d’une partie vitale de son corps, Yume voulut rester immobile, mais ses vieux réflexes reprirent rapidement le dessus et la forcèrent à fermer les yeux et pencher la tête du côté opposé à l’arme aiguisée. Cependant, malgré cette réaction vive engendrée par un instinct de survie rapide et entraîné, un picotement se fit sentir le long de sa joue. Portant une main sur sa peau endolorie et l’enlevant l’instant d’après, elle trouva un peu de liquide rouge sur le bout de ses doigts. Alors il avait réussi à lui entailler la joue ? Voilà qui ne risquait pas de lui faire beaucoup de mal. Mais cela ne voulait dire qu’une chose : l’étranger était bien décidé à prendre son temps pour l’éliminer, ce que lui confirma le rire mauvais qui retentit dans son dos.
Se retournant aussitôt pour au moins voir venir la prochaine attaque, son sourire quelque peu atténué, l’humaine eut tout juste le temps de le voir prêt à l’attaquer de nouveau quand il se vautra laborieusement à quelques pas à peine d’elle-même. N’ayant pas vu ce qui avait causé sa chute, la jeune fille ne put s’empêcher de pouffer face à tant de maladresse. D’où il sortait, celui-là ? C’était vraiment un drôle de spécimen ! C’en serait presque dommage de l’éliminer tant il était amusant…

C’est alors que l’inconnu s’exclama, véritablement surpris de la découverte qu’il venait de faire, les yeux totalement ébahis et l’index pointé vers elle :


« T’es pas l’Oni que je suis venu chasser ?!! »
D’où lui était venu une telle révélation ? Soit il était vraiment très lent à la détente, soit le nouveau choc entraîné par sa chute avait fini par lui remettre les idées en place. Quelle qu’en soit la raison, il avait enfin fini par reconnaître qu’elle n’était pas un Yokai ! Cela lui faisait une belle jambe… Avait-il également finit par réaliser qu’il était lui-même Oni ?
Visiblement non, puisqu’il s’approcha d’elle et lui tendit gentiment un pansement hello kitty avant de s’éloigner. Yume observa un bref instant le petit pansement –si mignon, si rose, si… écœurant– ne sachant tout à fait comment réagir. Ce type était-il vraiment un mec, pour avoir un truc aussi rose sur lui et le trouver mignon ? Le prenait-il pour une gamine ? D’un côté, une telle chose ne l’étonnerait pas, ce ne serait pas la première fois qu’on lui ferait le coup. Mais comme à chaque fois, elle sentit la colère monter en elle. Elle n’aimait pas qu’on la traite comme une petite fille. Elle avait dix-sept ans maintenant, presque la majorité ! Les autres devraient la considérer comme une jeune fille, pas comme une gamine !

Yume finit par rompre le silence en avançant d’un pas volontairement lourd vers le garçon à la chevelure rose qui la fixait et lui lança sans vergogne à la figure le pansement qu’il lui avait si gentiment donné. Elle ignora les rires qui fusaient à côté d’eux, n’ayant pas du tout remarqué la présence des quatre Shikigami de son interlocuteur, et fusilla le ‘‘Yokai’’ du regard, avant de s’exclamer, son sale caractère reprenant le dessus :


« J’en veux pas, de ton pansement ! J’suis pas une gamine, si t’avais pas remarqué ! »
Puis, sans prévenir, elle lui colla une gifle monumentale en plein sur sa joue gauche, y mettant absolument toute sa force.

« Ça, c’est pour m’avoir entaillé la joue et m’avoir prise pour une fillette ! »
L’Onmyouji se mit alors à reculer pour mettre un peu de distance entre elle et le garçon. Son visage était désormais déterminé ; elle avait décidé d’en finir au plus vite. Cet imbécile commençait à sérieusement lui taper sur le système. Comme quoi, le fait qu’il l’ai prise pour une enfant en lui donnant ce pansement pour petites filles l’avait fait passer avec une facilité déconcertante de la case ‘‘amusant’’ à ‘‘énervant’’. Elle n’avait plus du tout envie de jouer avec lui.
Alors elle fourra rapidement sa main à l’intérieure de sa veste et en sortit son fuji. Se concentrant, elle plaça toute sa volonté d’en découdre dans son invocation et s’écria :


« Mords, Shirodou ! »
Mais rien ne se passa. Aucun renard au pelage immaculé n’apparut devant la jeune fille. Aucun Shikigami ne fit son apparition pour répondre à son appel. Son invocation ne sembla être que du vent. Que s’était-il passé ? Mais où était son adorable Shikigami ? Pourquoi n’avait-il pas répondu à son appel ? Yume en resta perplexe. Une telle situation ne lui était encore jamais arrivée. Et là, maintenant, elle ne savait pas du coup quoi faire, et pour la première fois depuis longtemps, elle sentit la peur commencer à refermer son étreinte sournoise sur elle.
Maintenant, si l’‘‘Oni’’ décidait de passer à l’action, elle ne pourrait plus rien faire…

================
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Ryuku
₪ Onmyōji, Yūrei no Hantā ₪

avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Je ne te laisserais pas me piquer ma proie, lopette ! [PV Tomohiko]   Mer 18 Jan - 15:16

Spoiler:
 


Quand elle avait décidé d'en finir avec cet Oni sacrément énervant qui se prenait pour un humain, Yume était absolument sûre d'elle. Même si elle débutait dans le domaine des missions d'Onmyouji, elle était particulièrement convaincue que l'issue de ce combat serait sa victoire. Elle avait Shirodou, ce magnifique renard blanc qui l'avait accompagnée tant de fois dans ses aventures dangereuses. Un puissant shikigami qui avait déjà sa petite réputation, si elle en croyait ce que lui avait dit son père lorsqu'elle lui avait fait part de son récent contrat avec l'incroyable animal. Mais elle se savait aussi forte, capable de gérer une situation comme celle-ci, et avait la rage de vaincre. Ce démon l'avait passablement exacerbée, elle n'allait pas laisser passer son affront aussi facilement. Après tout, ce n'était pas la première fois qu'elle se retrouvait face à un Oni qu'elle devait éliminer. Et mis à part sa toute première expérience où la peur -que lui avait laissé le monstre de son enfance- était remontée à la surface, elle s'était toujours montrée à la hauteur... Même si son caractère bien trempé l'avait souvent mise dans des situations incroyables.
A cause de cette assurance exagérée, la jeune fille ne se méfia pas une seule seconde. Elle sortit son Fuda d'un geste vif et entonna son invocation comme elle l'avait toujours fait. Jamais elle n'aurait pu imaginer que la situation finirait par mal tourner. Qui aurait pu croire qu'un shikigami désobéirait délibérément à son maître ? Pas Yume, en tout cas. Elle n'avait jamais cru qu'une telle chose était possible.

Et pourtant, la vérité était incontournable. Impossible d'y pallier ; impossible de l'ignorer. Shirodou répondait absent à l'appel. Il n'avait même pas montré le bout de son museau ou de sa queue au pelage immaculé. La jeune fille restait figée, totalement immobile, le bras levé et tenant toujours fermement le morceau de papier blanc recouvert d'inscriptions, comme si ce qu'elle avait fait n'était que du bluff, que du vent. Et pour la première fois depuis longtemps, elle se sentit seule et incroyablement vulnérable. Quelque chose de vraiment désagréable quand elle connaissait les risques encourus. L'Oni ne ferait qu'une seule bouchée d'elle. Ainsi désarmée, elle ne faisait absolument pas le poids.
La peur. Quel sentiment particulièrement affreux et sournois. Elle le sentait qui refermait son emprise sur elle, opprimant ses poumons et lui coupant le souffle, pesant sur ses épaules, la secouant de tremblements... Où donc était passée la gamine fière et assurée ? Il fallait bien croire qu'elle avait totalement disparue, terrassée par la terreur, ne laissant place qu'à une petite chose tremblante et apeurée. L'Onmyouji baissa son bras et leva ses yeux élargis par la panique vers l'étranger. Elle n'avait plus qu'à prier le ciel pour qu'un miracle lui sauve la vie.

Puis l'homme inconnu s'avança vers elle. Yume sentit son cœur battre de plus en plus fort et le sang lui monter à la tête, lui donnant une migraine. Mais si elle avait la tête qui commençait à tourner parce que sa peur lui faisait perdre tous ses moyens, elle fit tout son possible pour rester debout et ne pas bouger. Fuir risquait de faire bien trop plaisir au démon, elle ne devait pas augmenter sa joie de l'assassiner...
Mais quand le mangeur d'âme lui souleva le menton pour la regarder dans les yeux, la jeune fille se rappela. Les souvenirs affluèrent en elle sans qu'elle ne puisse contrôler quoique ce soit. Le vieil Oni, face à elle, s'approchant pour pouvoir lui dévorer son âme. Elle, complètement prise au piège entre l'arbre et le démon, la peur lui tenaillant le ventre... Elle comprenait mieux pourquoi la panique était remontée aussi vite en elle. Son corps avait gardé en mémoire sa toute première expérience, et réagir ainsi ne signifiait qu'une chose : son instinct de survie s'était réveillé et lui ordonnait de fuir. Chose à laquelle la petite brune refusait catégoriquement d'obéir. Aussi essaya-t-elle de contrôler ses tremblements et de rendre son regard à l'étranger lorsqu'il commença à lui parler. Elle fit même son possible pour ne pas broncher lorsqu'il rapprocha ses lèvres de son oreille pour lui murmurer les derniers mots à l'oreille.

« Ton Shiki est bien pacifique... Onmyouji-chan... Pour ne pas vouloir se battre... Contre un autre Onmyouji ! »
Un autre... Onmyouji ? Elle avait bien entendu ? C'était quoi cette histoire complètement délirante ?! Yume effectua un mouvement de recul, complètement éberluée. Finit la peur et la panique ! Tout n'était plus que surprise désormais, témoignant du caractère très versatile de la jeune fille. Même si cette révélation particulièrement surprenante la rassurait beaucoup, elle devait bien l'admettre, elle ne parvenait pas à l'assimiler. Cela voudrait dire qu'il disait la vérité depuis le début et qu'elle ne s'en était pas rendu compte ? C'était pour cela que Shirodou ne s'était pas manifesté quand elle l'avait appelé ? Il était vrai qu'une des clauses de leur contrat était que le Shikigami n'interviendrait jamais contre un être humain. Et puis d'abord, il faisait quoi dans le cimetière ce soir-là spécifiquement ? Il ne comptait quand même pas la prendre de vitesse et lui piquer sa proie !
Petit à petit, alors qu'elle voyait l'un des shikigamis de l'étrange énergumène se disputer avec son maître et un autre s'excuser auprès d'elle -témoignant par leur simple présence qu'elle avait bel et bien affaire à un autre Onmyouji-, l'expression de l'adolescente passa de la surprise à un air suspect. Si c'était bien pour cela qu'il était venu dans un lieu aussi glauque et abandonné, elle n'allait certainement pas le laisser faire. C'était SA mission ! Certainement pas celle de l'autre Enlightened !

« Oi, Chibi-Onmyouji, ton nom. »
Comprenant que le garçon aux cheveux roses s'adressait désormais à elle, avec une intonation un peu trop déplaisante à son goût, Yume lui lança un regard noir avant de répliquer d'un ton sec :

« C'est qui que tu traites de Chibi, Lopette ?! D'abord le pansement pour gamine, maintenant ce surnom dénigrant... Non mais, je peux savoir pour qui tu me prends ? J'ai dix-sept ans, Bordel ! J'suis plus une enfant ! »
La peur et la surprise passées, la jeune fille avait retrouvé son sale caractère. Elle marqua une pause, regardant avec mépris son interlocuteur, même s'il était bien plus grand et imposant qu'elle, avant de conclure froidement :

« Et puis d'abord, la politesse veut qu'on se présente soi-même avant de demander l'identité d'un autre ! »
Son regard finit par glisser du garçon à ses quatre Shikigamis. Quatre ! Eh bien, décidément, il y en avait qui ne se refusaient rien !

« Je peux savoir ce qu'un autre Onmyouji vient faire dans le cimetière à une heure pareille ?! »
Et elle pensa très fort que s'il avait le même but qu'elle, elle n'allait pas se laisser prendre de vitesse et lui en ferait voir de toutes les couleurs !

================
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je ne te laisserais pas me piquer ma proie, lopette ! [PV Tomohiko]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je ne te laisserais pas me piquer ma proie, lopette ! [PV Tomohiko]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les orties ne font pas que piquer...
» RECENSER ⊹ tu veux quand même pas te le faire piquer
» Lewis Yorkshire de 15 ans (54) - ADOPTE
» Et puis, on va aussi piquer leurs nez [ Go go go PokéTsuki o/]
» - Me laisserais-tu .. passer du temps avec toi ? -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokai no Kuni :: Hors RP :: Archive YnK :: Cimetière-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit